Le pape au tribunal?

La religion n'est pas toujours comprise, en parler voire critiquer permet parfois de mieux la comprendre. Attention, cette zone n'est pas ici pour régler ses comptes ou cracher sa haine envers l'autre, modération stricte!

Modérateur : Nrico

Avatar du membre
benji
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 4856
Enregistré le : ven. 26 mars 2010 20:55

Le pape au tribunal?

Message non lu par benji » jeu. 1 avr. 2010 16:44

Un petit article trouvé sur facebook, affligeant! Dire que c'est un tel pape qui représente la religion chrétienne, pensant plus à la réputation de l'église qu'à une image empreinte d'honnêteté et de respect envers les personnes abusées. Bien sur, pas grand chose de nouveau là dedans, la religion a toujours couvert nombre de secrets afin de se protéger, même au mépris des fidèles qui n'ont au final qu'une seule chose à faire, donner des sous lors de la quête et des offices de toutes sortes...
Je ne me reconnais plus depuis longtemps comme catholique et tout ceci confirme mon choix!
Maintenant, quand à la source de l'article, je vais demander, elle se troupe pour l'instant sur cette page Facebook: Ferme ta gueule le pape au lieu de dire des conneries.
Le nom peut choquer, je reconnais, mais il n'est peut être pas très éloigné de l'opinion de certains, 150 370 personnes ont rejoint cette page, un hasard? :drunk:
Allégations de pédophilie - Le témoignage de Benoît XVI réclamé

Dans un geste inusité, un avocat américain a déposé une requête devant un tribunal du Kentucky afin que le pape Benoît XVI témoigne sous serment dans le cadre de nombreux dossiers de prêtres américains accusés de pédophilie.

Selon la requête de William McMurry, Benoît XVI avait connaissance de ce qui se passait aux États-Unis à l'époque où il était cardinal et présidait la Congrégation de la doctrine de la foi. Celle-ci avait la responsabilité du dépistage de ces affaires et recevait les plaintes des évêques américains de divers diocèses, a expliqué M. McMurry.... Afficher davantage

L'avocat estime que Benoît XVI, alors le cardinal Ratzinger, a « découragé les procureurs de poursuivre les prêtres mis en cause et a encouragé le silence pour protéger la réputation de l'Église catholique ».

La requête déposée en cour mercredi estime notamment qu'une série de documents mis au jour par le New York Times « désignent directement l'implication du pape Benoît XVI dans la décision du Saint-Siège d'apposer le voile du secret sur les débordements de son clergé aux États-Unis ».

Le quotidien américain a publié plusieurs lettres et documents démontrant que Benoît XVI, alors à la tête de la Congrégation de doctrine de la foi, avait été informé des allégations pesant sur le prêtre Lawrence Murphy, accusé d'avoir agressé sexuellement 200 enfants atteints de surdité entre 1950 et 1974.

Selon le New York Times , l'Église n'a pas écarté le père Murphy malgré les avertissements d'évêques sur la gravité de son cas.

Depuis, plusieurs autres victimes de viol ont directement mis en accusation le silence du cardinal Ratzinger.

Le Vatican s'en prend au messager

L'article du New York Times a suscité une tout autre réaction du Vatican. Après avoir nié toute tentative de dissimulation la semaine dernière, le Saint-Siège a lancé, mercredi, une offensive en règle contre le quotidien.

Dans un long communiqué publié sur le site web du Saint-Siège, celui qui a succédé à Benoît XVI à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal américain William Levada, invite le quotidien à « reconsidérer son ton offensif au sujet du pape Benoît XVI et à donner au monde un point de vue plus équilibré ».

Par ailleurs, le porte-parole du Vatican a de son côté déclaré que Benoît XVI considère le scandale des agressions sexuelles comme un « test pour lui et pour l'Église ». Le père Federico Lombardi a affirmé que le souverain pontife tenait bon physiquement, mais endurait une Semaine sainte faite de « pénitence et d'humilité ».

Le pape ne s'est pas exprimé sur la crise des prêtres pédophiles depuis la publication d'une lettre aux catholiques d'Irlande, le 20 mars dernier. Il y présentait ses excuses aux victimes d'agressions sexuelles commises par des membres du clergé irlandais.

Quatre mille étudiants de l'Opus Dei, rassemblés en convention à Rome, ont par ailleurs apporté leur soutien au pape et mis en cause les médias, « semeurs de doute et de discorde ». Ils ont accusé une partie des médias de mener une campagne de dénigrement contre l'Église.

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse et Reuters
il y a environ une heure · Signaler


Répondre