Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Concerne toutes les sciences, même les plus improbables...

Modérateur : Nrico

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 21:27

(suite)
Les "effets de fontaine" qui entouraient sa station ne sont pas responsables de la puissance toujours croissante
observée par Tesla. Ceci était le résultat d'une arrivée d'éther pour laquelle son émetteur donnait un passage à faible
résistance. Le flux éthéré entrant a préféré le terminal émetteur à la roche adjacente plus résistante. Ce processus
d'écoulement graduel s'est rapidement traduit par des effets de grossissement, des volumes toujours croissants d'éther
s'écoulant étant mesurés dans son système. Certains ont fait valoir que Tesla ne faisait que stocker de l’énergie dans
la terre, qu’elle extrayait pour l’utiliser plus tard. Il s’agit d’une erreur fondamentale résultant de l’imagination
de l’expérience de Colorado Springs entièrement composée d’effets électriques. C’est dans cette optique seulement que
nous pouvons comprendre le grossissement anormal évident des phénomènes éthériques dans ses photographies de Colorado
Springs.
Une fois l’énergie spatiale obtenue, elle devait être acheminée vers les consommateurs. Tesla avait organisé
l'activation automatique des circuits de rediffusion d'éther dans la station. L'éther versant du bas a été
automatiquement shunté aux circuits latéraux à travers des condensateurs. Dans ces branches latérales, l’éther pulsait
à travers le diélectrique et s’étendait sur la surface de ses plus petites bobines. Ainsi stimulés à des taux de
pulsation plus rapides, ils étaient prêts pour une "retransmission".
*************************************************************************
Rediffusées hors de la station ***via de grands globes sous vide*** ( technologie vrill nazi ? ), placées sur des plates-formes
surélevées, il s’agissait des pulsations éthériques qui seraient utilisées à la maison et dans l’industrie.
***********************************************************************
Des récepteurs simples et compacts seraient installés dans chaque maison et chaque usine, prêts à recevoir du courant
éthérique par le sol. Les tests étaient passionnants. Les appareils, lampes et moteurs éloignés réagissaient aux fortes
pulsations, comme s'ils étaient physiquement connectés à la station par fil. Une petite structure semblable à une
maison a été établie à environ 26 milles de la gare. Dans ce document, un récepteur de puissance éthérique était réglé
sur l’un des taux de réémission. Les 200 lampes logées dans cette structure, chacune d’une puissance nominale de 50
watts, sont restées brillamment éclairées tout au long des essais. Cela a apparemment suscité suffisamment
d’enthousiasme et d’inquiétude pour que l’on parle de ce développement et le retour à l’est.

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 21:30

( suite )

Les ingénieurs étaient enragés. Ceux qui avaient manqué le plus tôt son passage des alternances aux impulsions, n'ont
pas compris la vaste distinction entre "ondes stationnaires" et "ondes stationnaires". (mauvaise traduction google)
( vast distinction between "stationary waves" and " standing waves" )

L’utilisation fantaisiste de termes spécifiques tels que ceux-ci était une marque de commerce de Tesla, conçue pour
déconcerter l’esprit de ceux qui le critiquaient le plus.

******************* À l'exception d'un très petit nombre de collègues qui font continuellement des découvertes dans le
domaine de la physique de l'éther, la plupart des universitaires ont choisi de rester totalement ignorants du nouveau
domaine d'étude
.***************************************************

Ce fut par exemple le cas avec l’utilisation par Tesla du terme "fréquence" et de mots "résonance" qui avaient une
signification complètement différente pour Tesla. La "fréquence" teslienne se réfère à la répétition des impulsions par
seconde. La "résonance" de Teslian fait référence aux conditions dans lesquelles l'éther coule avec une résistance
faible ou nulle à travers des systèmes, qu'ils soient proximaux ou largement séparés.
***************************
Les photographies que Tesla a envoyées à ses "financiers" ont été analysées et réexaminées à plusieurs reprises pour
leur signification cryptée. Personne ne pouvait déchiffrer le casse-tête rusé que Tesla leur avait présenté. Tesla a
déclaré que les photographies des banderoles blanches éthérées nécessitaient plusieurs minutes de temps d'exposition
avant de donner l'impression la plus faible. La plupart des plaques étaient donc le résultat d'un temps d'exposition
supérieur à 20 minutes. Il existe très peu de plaques qui, bien que citées comme étant le résultat d'une "fermeture
brève d'un interrupteur", sont recouvertes de banderoles épaisses et blanches. Une fraction de seconde de la fermeture
du commutateur système a entraîné une avalanche d'éther de vingt minutes ou plus. Les Transformateurs Grossissants ont
continué à se décharger longtemps après le retrait de l'impulsion initiale.
Tesla est retourné à New York exultant.

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 21:33

( suite)

Il était sur le point d'établir un nouveau précédent mondial. Les sociétés de capital-risque étaient partout et
cherchaient l'occasion d'entrer sur le marché de la "nouvelle énergie". Inconnu de Tesla, sa station, sa tour, ses
grosses bobines, ses condensateurs et tous les autres appareils merveilleux, qui démontraient une puissance éthérée
libre au monde, avaient été acquis pour démolition. Tesla s'est tout simplement mis de l'avant, obtenant de nouveaux
fonds auprès de Morgan et d'autres pour le développement d'une station entièrement fonctionnelle à la taille d'une
industrie à Long Island. Wardenclyffe Station. Wardenclyffe serait sa plus grande réussite. Ici, il transmettrait de
l’énergie au monde entier, ainsi qu’un réseau de communication capable de couvrir le monde avec un nombre incalculable
de canaux disponibles. Communications à la vague d'éther.
Plusieurs stations augmenteraient la puissance de cette première station, à partir de laquelle il proposait de rediffuser 10 000 chevaux. La Station, une structure visionnaire merveilleuse qui dominait la vue de Shoreham, à Long Island, n’était pas tout à fait complète avant d’être saisie d’injonctions judiciaires et de la démolir.

Tesla a été convoqué devant le tribunal. M. Leland Anderson, qui depuis a publié un magnifique traité avec cette
transcription, car la pièce maîtresse a permis d'obtenir la transcription incroyable de cette procédure. Tesla a
déclaré avoir pleuré en voyant la tour en ruine de Wardenclyffe. Le retour en train de Shoreham était rempli de larmes
et du récit de chaque tragédie qui a marqué sa vie. Mais les rêves ne sont pas morts là. En l’absence de moyens
financiers pour construire ses gigantesques stations, Tesla a trouvé le moyen de construire de petits systèmes, qui
atteignaient les mêmes objectifs.************ En remplaçant le terminal à grande capacité aérienne par des substituts
de matériaux, des métaux radioactifs en combinaison avec d'autres éléments denses, Tesla a été capable d'accréter et de
focaliser des pulsations d'éther de très courte durée.
**************

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 21:40

( suite )

Tesla a ensuite été plongé dans une époque infernale où tous sauf un ne voulaient ni l'aider ni l'entendre. Le Dr John
Hammond a demandé à Tesla d'être l'invité permanent de son domaine familial. Là-bas, au milieu de la vie familiale de
Hammond Castle, Tesla a partagé ses rêves et sa technologie. Ensemble, M. Hammond et lui-même ont développé la science
des robots et du guidage à distance. Tesla, appauvri par le traitement inhumain que lui a imposé l'établissement
financier, était néanmoins assez vivant et utile pour ceux qui ont la même ambition de dominer le commerce
radiophonique mondial. Pendant très longtemps, Nikola Tesla a été considéré comme "hors de circulation".

Mais les années qui ont suivi se sont tournées vers lui. Longtemps après la mort de son ennemi principal, un autre l'a
recherché.******* Employé par les Rockefeller dans leur entreprise de RCA, **** Tesla a été chargé de restructurer le
système défaillant de Marconi. David Sarnoff n'a pas permis à Tesla d'avoir la dignité de travailler sous son propre
nom! Néanmoins, ce sont Tesla, et non Sarnoff, qui ont redessiné les systèmes de radio RCA insuffisants pour générer
suffisamment de bénéfices pour les propriétaires. Il est significatif que Tesla n’ait pas été autorisée à modifier la
conception de base d’une communication par radio par une communication par rayonnement.
************************** Ce qu'il a réalisé a nécessité certaines conversions étranges au sein du circuit radio des
ondes, en intensifiant les signaux radiants jusqu'à ce que le fonctionnement soit bien amélioré, puis en
reconvertissant les signaux amplifiés en ondes. Tout cela a été réalisé dans le châssis, dont certains sont à l’étude.
Ces modèles expérimentaux de Tesla sont typiques du style Tesla, ne contenant ni résistances ni autres composants
similaires. Ces modèles utilisent de simples tubes émetteurs et utilisent un grand nombre de bobines d’air coniques
disposées symétriquement.
***********************

Alors qu'il travaillait pour RCA sous le nom de "Terbo", Tesla a maintenu ses deux suites penthouse au sommet de
l'hôtel New Yorker. L'un des penthouses était son lieu de résidence, l'autre un laboratoire de recherche à grande
échelle. Tesla a conçu et construit de petits récepteurs d’énergie éthérés compacts et portables, un chemin de
développement qu’il a poursuivi jusqu’à son décès. Tesla avait longtemps étudié l'utilisation de l'énergie du champ
diélectrique pur,
un courant d'éther dont les pulsations individuelles étaient si ultra courtes que la science n'avait
jamais trouvé le moyen d'exploiter les impulsions d'énergie. Tesla a ensuite estimé que le courant diélectrique était
composé de particules radiantes, de nature éthérique.
Il a donc recherché des sources naturelles dans lesquelles les
champs diélectriques natifs pourraient être utilisés tels quels, sans qu'il soit nécessaire de recourir à des "chocs"
de tension gigantesques pour contrer les courants éthérés de stigmates. Tesla savait que si des courants d'éther
diélectrique pouvaient être directement engagés, un véritable monde du futur serait à sa portée.
En outre, la
production en série de milliers et de dizaines de milliers de récepteurs de ce type constituerait une armée imparable.
Une armée de miniatures, qui ne pourraient jamais être démolies.

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 21:43

( suite)

Les implications étaient insondables. Tesla avait trouvé une approche vraiment nouvelle et merveilleuse à un vieux
problème. Une fois, parce que sa technologie n’avait pas encore atteint le niveau où cela était possible, il a dû se
contenter d’impressionner les courants d’éther naturellement prolifiques avec des pulsations "supplémentaires". La
méthode du transmetteur était coûteuse, gigantesque, et une cible facile pour ceux qui détestaient la notion d'un monde
futur où les rêves gouvernent l'humanité.
L'énergie diélectrique a fasciné Tesla. C'était partout, une émanation naturelle dont le potentiel dépassait de loin
les notions conventionnelles de pouvoir. En effet, la conception initiale de la radioactivité naturelle en tant que
source énergétique n’était en rien comparable à la puissance potentielle inhérente aux flux diélectriques.
La nouvelle technologie utiliserait des courants d'éther pulsés ultra-courts, des énergies qui occupaient la plupart de
ses dernières conférences de presse ces dernières années.
********** L’étude avait convaincu Tesla que la force apparemment lisse et native de l’énergie du champ diélectrique
était en réalité un flux de particules, une succession d’impulsions ultra-courtes. La dérivation d'un tel train
d'impulsions résoudrait tous les besoins en énergie pour l'éternité avec une élégance dépassant de loin les siennes.

************

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 21:49

( suite)

Émetteur loupe

En vérité, l’énergie diélectrique était une source native d’une proportion incroyable et d’une durée pratiquement
éternelle.
Pouvant utiliser une telle source cinétique, on pourrait se passer entièrement des émetteurs de puissance
nécessaires pour stimuler et impressionner des "pulsations supplémentaires" sur le flux d’éther. Tesla a souvent défini
le champ diélectrique comme un écoulement naturel de particules d’éther,
un flux qui semblait impossible à utiliser
faute de matériaux résistifs appropriés. Pour obtenir l’élan des particules d’un champ diélectrique, il fallait une
matière spéciale présentant des symétries tout aussi spéciales.
Le flux continu par ailleurs continuait d’être absorbé
directement et d’être échangé contre les services publics, les appareils ménagers et d’autres applications. Tesla avait
déjà pris en compte l’état des particules chargées, chacune représentant une spirale d’éther étroitement resserrée.


La force nécessairement exercée à courte distance par de telles constrictions éthériques était incalculablement grande. La
pondération éthérique maintient la stabilité des particules. Les réseaux cristallins étaient donc des endroits dans
lesquels on pouvait s'attendre à trouver des tensions inattendues.
En effet, les hautes tensions inhérentes à certains
réseaux métalliques, les énergies de champs intra-atomiques, sont énormes. Les gradients de Coulomb proches entre les
centres atomiques sont des potentiels électrostatiques atteignant des niveaux inatteignables
. En comparaison, les
tensions, que Tesla avait réussi à libérer une fois, étaient plutôt insignifiantes. Dans ces réseaux équilibrés, Tesla
recherchait les tensions nécessaires pour initier des flux éthériques dirigés dans la matière. Une fois qu'un tel flux
a commencé, on peut simplement exploiter le flux pour le pouvoir. Dans certains matériaux, ces courants d'éther
pourraient produire automatiquement les électrons contaminants, une source d'énergie pour les appareils existants.
En
théorie, on pourrait alors "personnaliser" les matériaux nécessaires pour produire un pouvoir éthéré inattendu, avec ou
sans les particules détritiques correspondantes. Tesla a bien mentionné les forces latérales de puissance de charge
éthérique, les potentiels explosifs de l’éther lié et la puissance éthérique inhérente à la matière. Dans ces études,
Tesla cherchait à remplacer les impulsions initiatrices de 100 000 000 volts pour la mise en oeuvre de l'éther spatial.

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 22:02

( suite )

La physique des éthers

La physique des éthers était une physique perdue. La physique a été détournée au début du 20ème siècle par les
prétendus résultats de l'expérience de Michelson-Morley. L'expérience de Michelson-Morley supposait que "l'éther" était
de la matière. Il y a une certaine confusion ici. Nous savons maintenant que les particules se déplaçant à une vitesse
proche de celle de la lumière sont mesurées sous forme d'ondes, c'est-à-dire d'énergie, plutôt que de matière.
Néanmoins, la théorie de l'éther a été discréditée par les physiciens qui, à leur tour, discréditent ceux qui abordent
le sujet. Ce n'est que grâce aux efforts de "dispositifs à énergie libre" et de chercheurs en énergie libre que ces
connaissances nous sont rendues. Sans cette théorie de l'éther, la raison pour laquelle ces dispositifs fonctionnent ne
peut pas être expliquée du tout. Le rejet de la théorie de l’éther permet de rejeter ces dispositifs comme
"théoriquement impossibles" et donc frauduleux par simple déduction. Ils sont marginalisés et rejetés en tant que
"dispositifs à mouvement perpétuel". Selon la physique établie, les dispositifs à mouvement perpétuel violent les lois
physiques de conservation de l'énergie. Sans une théorie de l'éther comme explication, ils violent les lois de la
conservation de l'énergie et leurs détracteurs sont donc en mesure de les écarter tout simplement. Le simple fait que
certains de ces dispositifs d'énergie libre fonctionnent réellement ne semble pas déranger ces scientifiques du tout.
Plutôt que de changer la théorie pour tenir compte des faits observés, les faits sont ignorés et remplacés par des
dogmes. Qu'on le veuille ou non, nous vivons dans un Dark Age énergétique.

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 22:07

( suite )

Brevets récents de Tesla

"Nikola Tesla a reçu plusieurs brevets pour une" méthode d’intensification et d’utilisation des effets transmis par le
biais de supports naturels ". Dans l’un de ces systèmes, Tesla fait varier le point ou la région de la Terre en lui
communiquant des électrifications intermittentes ou alternées à travers l’une des bornes d’une source appropriée de
perturbations électriques qui, pour intensifier l’effet, est reliée à un corps isolé Les électrifications communiquées
à la terre se propagent dans toutes les directions et atteignent un circuit dont les bornes sont généralement disposées
et connectées de la même manière que celles de la source émettrice et qui fonctionne sur un récepteur très sensible.

Une autre méthode de Telsa est basée sur le fait que l'air atmosphérique, qui se comporte comme un excellent isolant
des courants générés par des appareils ordinaires, devient un conducteur sous l'influence de courants ou d'impulsions
de force électromotrice extrêmement élevée. De tels moyens, des couches d’air facilement accessibles, sont rendus
disponibles pour la production de nombreux effets souhaités à distance. Bien que l'une ou l'autre méthode puisse être
utilisée, il est évidemment souhaitable que la perturbation soit aussi puissante que possible et qu'elle soit transmise
avec une perte minimale. La perte réduit considérablement l'intensité et le nombre des impulsions coopératives.
L'intensité initiale de chacune d'entre elles étant nécessairement limitée, seule une quantité d'énergie négligeable
est ainsi disponible pour un seul fonctionnement du récepteur. De plus, l’énergie obtenue par la coopération des
impulsions se présente sous la forme d’une vibration extrêmement rapide et inadaptée au fonctionnement de récepteurs
ordinaires. Pour surmonter les limitations des deux méthodes mentionnées, Tesla reproduit des perturbations ou des
effets arbitrairement variés ou intermittents. transmet ces perturbations dans l'air à une station réceptrice éloignée,
utilise l'énergie provenant de ces perturbations à la station réceptrice pour charger un condensateur et utilise le
potentiel accumulé ainsi obtenu pour faire fonctionner un dispositif de réception
L'appareil utilisé à la station réceptrice consiste en la combinaison d'un dispositif de mémorisation compris dans un
circuit, de points de connexion distants de la source des perturbations et entre lesquels une différence de potentiel
est créée par de telles perturbations, d'un circuit de réception connecté avec le dispositif de stockage, un récepteur
inclus dans le circuit de réception et un mécanisme pour fermer le circuit de réception à tout moment souhaité,
provoquant ainsi le fonctionnement du récepteur par l'énergie avec laquelle le dispositif de stockage a été chargé.

( la Pearce Arrow etais constituée d'un oscillateur calé sur un émetteur d'energie distant, en résonance avec l'ionosphére et la circonférence exact de la Terre, un cable de terre trainant au sol suffisais a faire le lien, le toit cachait le recepteur au lieu d'une sphére)

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 22:12

( suite )

Dans un autre procédé, l’énergie emmagasinée n’est pas, comme dans le cas précédent, obtenue à partir de l’énergie de
l’effet de perturbation transmise à distance, mais d’une source indépendante. Le procédé consiste en général à charger
un dispositif de stockage avec de l’énergie provenant d’une source indépendante, à contrôler la charge du dispositif
par l’action des effets ou des perturbations transmis par le média naturel et à utiliser par hasard l’énergie stockée
pour faire fonctionner un récepteur. Un condenseur est utilisé comme moyen de stockage.

Les rayonnements invisibles du spectre et des tubes à vide sont généralement considérés comme des vibrations de
longueur d'onde extrêmement réduite. Ces rayonnements possèdent la propriété de charger et de décharger des conducteurs
électriques, la décharge étant particulièrement perceptible lorsque le conducteur sur lequel les rayons empiètent est
électrifié négativement. Il est généralement admis que ces radiations ionisent ou rendent conductrice l'atmosphère à
travers laquelle elles se propagent. Les propres expériences de Tesla le conduisent toutefois à des conclusions plus
conformes à la théorie qu'il a déjà avancée, dans laquelle il soutient que des sources d'une telle énergie radiante
jettent à grande vitesse de minuscules particules de matière fortement électrifiées, donc capables de charger. un
conducteur électrique, ou même si ce n’est pas le cas, de décharger un conducteur électrifié en emportant sa charge
corporelle ou autrement.

Tesla a déposé un brevet basé sur une découverte qu'il a faite, selon laquelle, lorsque des rayons ou radiations de ce
type sont autorisés à tomber sur un corps conducteur isolé connecté à l'une des bornes d'un condensateur, l'autre
extrémité étant réalisée par des moyens indépendants pour recevoir ou évacuer de l'électricité, un courant circule dans
le condenseur tant que le corps isolé est exposé aux rayons. Dans certaines conditions, il se produit une accumulation
indéfinie d'énergie électrique. Cette énergie, après un intervalle de temps approprié pendant lequel les rayons sont
autorisés à agir, peut se manifester par une décharge puissante pouvant être utilisée pour le fonctionnement ou le
contrôle de dispositifs mécaniques ou électriques, ou rendue utile de nombreuses autres manières. L'énergie rayonnante
est dirigée sur un conducteur surélevé, connecté à l'une des armatures du condenseur, électrisée positivement par les
rayonnements invisibles. L'électricité est enlevée de l'autre armature en la connectant au sol. L'énergie accumulée est
déchargée par un récepteur approprié. "

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4045
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: Tesla, né trop tot, dans un monde immature

Message non lu par peterpan57 » sam. 1 déc. 2018 22:16

( suite )

COURANT FLUIDE ESPACE

Des expérimentateurs très réputés, à part Tesla, ont continué à affirmer que "l'électricité qui circule dans l'espace"
est la véritable électricité. Les démonstrations classiques de Tesla ont prouvé que les impulsions électriques rapides
dépassaient en réalité la capacité des charges fixes à transmettre les forces appliquées. Les charges traînent lorsque
les forces électrostatiques continuent à se propager. On est obligé de voir que les forces électrostatiques précèdent
le mouvement des charges.

Tesla a compris que les impulsions électrostatiques pouvaient circuler sans charges de ligne. Ses "bobines à courant
nul" fonctionnaient simplement parce que les charges elles-mêmes étaient immobilisées. Il a été démontré que
l’électricité se présentait davantage sous la forme d’une force qui coule que d’un flux de particules massives. Mais
quel était alors ce "flux de courant"?


Selon Tesla, l'électricité rayonnante est un courant circulant dans l'espace, qui n'est PAS composé d'électrons. Plus
tard, les Victoriens croyaient qu'il existait une substance qui remplissait tout l'espace et imprégnait toute la
matière. Plusieurs chercheurs sérieux ont affirmé avoir identifié ce gaz. Des notables, tels que Mendeleev, ont prédit
l’existence de plusieurs gaz ultra-rares, antérieurs à l’hydrogène. Ceux-ci, a-t-il affirmé, étaient des gaz inertes.
C'est pourquoi ils ont rarement été détectés. Les gaz inertes, que prédit Mendeleïev, formaient une atmosphère inondant
tout l’espace. Ces mélanges gazeux composaient de l'éther.

Tesla et d'autres croyaient que les forces électriques et magnétiques étaient en réalité des flux de gaz Aether, qui
avaient été fixés dans la matière. Les matériaux étaient en quelque sorte "polarisés" par divers traitements "frictifs"
par lesquels un flux de gaz Aether était induit. La plupart des matériaux pouvaient maintenir le flux définitivement,
car aucun travail n'était requis de leur part. Il suffisait que la matière soit polarisée pour transduire le flux
d'Éther. Le gaz Aether contenait tout le pouvoir. Pouvoir illimité.

Cette puissance du gaz Aether se manifestait par les forces électromagnétiques elles-mêmes, raison suffisante pour
poursuivre le développement d'un moteur à gaz Aether. Un tel moteur pourrait fonctionner à tout jamais sur les énergies
cinétiques éternelles de l'éther lui-même, à la fois généré et entraîné par les étoiles.


Tesla croyait que l'électricité rayonnante est composée de gaz Aether. Il a fondé cette conviction sur le fait que ses
bobines à courant nul ne conduisaient pas les charges "lentes et denses" habituellement observées dans les circuits
électriques ordinaires. Des impulsions brusques produisaient des effets distinctifs et différents… des effets
fluidiques. Les qualités attribuées par Tesla à "électricité" ou à des choses "électriques" dans ses nombreux textes de
brevets et interviews à la presse sont celles qui font référence au gaz Aether. Tesla n'a pas qualifié les courants
d'électrons d '"électricité". Il n'a pas assimilé "électricité" avec le flux d'électrons. Chaque fois que Tesla parlait
d'effets «électriques», il décrivait toujours leur qualité gazeuse et effusive.

Tesla a qualifié l'espace de "milieu ambiant ou naturel". L'espace, a-t-il affirmé, était ce qui "conduisait
l'électricité". Il avait trouvé un moyen par lequel ce flux électrique gazeux pourrait être grandement concentré,
grossi et dirigé. Il a vu que cette électricité rayonnante était en réalité une émanation gazeuse. Une émanation
éthérique. C'est pourquoi il a constamment fait référence à la terminologie fluidique tout au long de ses conférences.

Répondre