BP envisage d'exploiter le site à l'origine de la catastroph

Tout ce qui concerne les marées noires actuelles, que cela soit BP comme d'autres...

Modérateur : Nrico

Avatar du membre
voltigeur
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4545
Enregistré le : dim. 28 mars 2010 09:12
Localisation : France

BP envisage d'exploiter le site à l'origine de la catastroph

Message non lu par voltigeur » dim. 8 août 2010 07:18

Trois articles sur la marée noire, pas pour expliquer mais pour faire le point.
Les produits chimiques employés pour le nettoyage de la mer, sont sans danger! :mrgreen:
BP à perdu des sommes colossales (pour faire des économies, ils ont "rognés" sur la sécurité! on ne va pas pleurer sur leurs pertes, dont ils sont les seuls responsables :mrgreen: )
BP envisage d'exploiter le site à l'origine de la catastrophe! :twisted:
Pour ceux qui ont suivi ce désastre, je rappelle que le fond sous-marin est fissuré et qu'une pression énorme due au méthane, risque à tout moment de le faire exploser. Alors inconscience? irresponsabilité? excès de confiance? ou carrément foutage de gueule? Faites votre choix!

Image
BP pourrait à nouveau creuser un forage dans le gisement Macondo à l'origine de la catastrophe. Crédits photo : REUTERS

Le pétrolier britannique précise qu'une grande quantité de gaz et de pétrole se trouve encore emprisonnée sur le site à l'origine de la marée noire. Après le colmatage, le groupe n'exclut pas un redémarrage de la production.

BP, roi de la polémique ? Le pétrolier britannique, qui vient à peine d'achever la cimentation du puits responsable de la pire marée noire du Golf du Mexique, déclare qu'il n'exclut pas d'exploiter à nouveau ce gisement. «Il y a beaucoup de pétrole et de gaz prisonniers sous terre et nous devons maintenant réfléchir à ce que nous en faisons», a déclaré à la presse le directeur des opérations de BP, Doug Suttles.

BP pourrait donc à nouveau creuser un forage dans le gisement Macondo à l'origine de la catastrophe. D'après Doug Suttles, ses équipes, trop occupées à boucher le puits dont se sont échappés 780 millions de litres d'hydrocarbures, «n'ont même pas pensé à ce qui fallait faire de ce gisement». Le pétrolier précise que le groupe n'a pas eu le temps d'exploiter cette nappe. Au moment de l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon le 20 avril dernier, les ingénieurs effectuaient justement les derniers ajustements avant le démarrage de la production. Mais si la décision était prise d'extraire des hydrocarbures, le puits qui a fui pendant 106 jours ne serait en aucun cas utilisé, a-t-il assuré.

Pression

Face aux vives réactions qu'ont entrainé ces propos, BP a immédiatement tenté de minimiser ces remarques : «BP se concentre actuellement sur les mesures d'intervention dans le golfe du Mexique et l'utilisation future du gisement n'est pas actuellement à l'étude», a souligné le groupe dans un communiqué. D'après la direction, le ciment injecté pendant cinq heures la veille dans le puits pour servir de bouchon permanent sur la fuite de pétrole doit encore sécher.

«Il y a une énorme pression sur BP pour qu'il dise que tout va bien à présent. Mais ce qui nous fait peur, à moi et à nombre de personnes ici c'est l'impression que tout le monde va tout d'un coup faire ses valises et partir», explique Todd Goodman, fonctionnaire local qui gère aussi un parc de caravanes. «Et alors, deux mois après - boom ! - encore plus de pétrole qui nous tombe dessus».

«Il y a encore beaucoup de travail, admet Doug Suttles. Il y a encore des galettes de brut qui vont arriver sur la côte et qui devront être ramassées».

source
CARPE DIEM

Répondre