UNE RUEE VERS LE PETROLE… JUSQU’EN ENFER

Tout ce qui concerne les marées noires actuelles, que cela soit BP comme d'autres...

Modérateur : Nrico

Avatar du membre
voltigeur
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4545
Enregistré le : dim. 28 mars 2010 09:12
Localisation : France

UNE RUEE VERS LE PETROLE… JUSQU’EN ENFER

Message non lu par voltigeur » dim. 19 sept. 2010 13:27

Image
Image source http://cartoons.courrierinternational.c ... tout-blanc

Il a fallu 24 jours pour que le Président Obama se fâche enfin publiquement et se « déchaîne » contre BP et ses associés suite à la catastrophique marée noire dans le Golfe du Mexique.

Qu’attendait-il au juste ?

.../...

Laissons parler les chiffres.

Les premiers jours qui ont suivi l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon le 20 avril, les rapports des garde-côtes et de BP indiquaient qu’il n’y a avait pas de pétrole qui s’échappait du puits endommagé.

Puis le géant pétrolier indiqua qu’en fait, environ 1000 barils s’en échappaient par jour.

Presque immédiatement, le gouvernement fédéral porta ce chiffre à 5000 barils, ce qui resta l’estimation généralement acceptée jusqu’à ce que, cédant à la pression, BP ne rende finalement public un film de 30 secondes particulièrement vivide sur la réalité de la fuite à l’extrémité du puits.

À ce moment-là, selon ABC News, aussi bien l’entreprise que la Maison Blanche avaient eu accès à la vidéo depuis trois semaines et savaient à l’évidence que l’estimation admise était erronée, et de très loin.

Depuis lors, les estimations des scientifiques qui ont étudié la séquence vidéo (mais qui ont été empêchés par BP de visiter le site lui-même, d’examiner d’autres documents ou de procéder à des mesures plus précises) oscillent entre 25 000 barils et un total ahurissant de 70 000 barils par jour ou plus – c’est-à-dire pas moins de 3,4 millions de gallons (13 millions de litres) de pétrole tous les jours, ce qui équivaut à une marée noire de la taille de celle de l’Exxon-Valdez tous les deux-trois jours.

La catastrophe de BP dans le Golfe pourrait se révéler historique au pire sens du terme – d’autant plus qu’une grande partie des dommages infligés demeure invisible, cachée sous la surface des eaux du Golfe dans ce qui constitue déjà de gigantesques nappes de pétrole dans l’eau jusqu’à 4000 pieds (1200 mètres) de profondeur, qui menacent de priver les eaux du Golfe d’oxygène et de créer de vastes zones mortes là où abondait auparavant la vie marine.

Bref, cela a de quoi faire peur – des dommages environnementaux à une échelle que nous n’envisageons pas habituellement.

Et ce n’est probablement qu’un début, vu que chaque nouveau reportage dans les médias semble renchérir sur le précédent – y compris le fait que le Département de l’Intérieure de l’administration Obama s’est contentée de suivre les pas d’une administration Bush totalement discréditée.

En 2009, il « exempta les opérations de forage de BP dans le Golfe du Mexique d’une étude détaillée d’impact environnemental ».

.../...

Pour TomDispatch, Michael Klare, auteur de l’inestimable Rising Powers, Shrinking Planet : The New Geopolitics of Energy, a depuis des années tiré la sonnette d’alarme sur le fait que les réserves facilement accessibles de pétrole et de gaz naturel de la planète Terre étaient en train de disparaître à un rythme rapide, et que commençait l’ère du « tough oil » (« pétrole coriace »).

En raison de l’épuisement d’autres ressources naturelles cruciales, le siècle qui s’ouvre a des chances de se révéler de bien des manières plus extrême, y compris en ce qui concerne le climat.

BP nous a donné un avant-goût malencontreux de ce caractère extrême.

Et on ne parle ici que de 5000 pieds (1500 mètres) sous les vagues.

Que se passera-t-il lorsque BP commencera à forer à 35 000 pieds (10 500 mètres) sous le Golfe, pour atteindre la gigantesque nappe de pétrole que l’entreprise désigne sous e nom de Tiber, à 250 miles (400 kilomètres) au Sud de Houston, et que quelque chose dérape ?

Cramponnez-vous à vos chapeaux.

Pour le dire en un mot, c’est le chemin vers l’enfer.

Quand un président « fâché » mobilisera-t-il réellement le gouvernement pour s’attaquer à cette catastrophe (et aux autres à venir) ?

La poursuite sans répit de l’énergie extrême.

Une nouvelle ruée vers le pétrole menace le Golfe du Mexique et la planète

Oui, le pétrole qui jaillit des fonds du Golfe du Mexique en quantités étourdissantes pourrait se révéler l’un des pires désastres écologiques de l’histoire humaine.

N’y voyez cependant que le prélude de l’Époque du Pétrole Coriace, une époque de dépendance toujours plus grande envers des sources d’énergie problématiques, difficiles à atteindre.

Ne vous y trompez pas : nous entrons dans une zone de danger.

Et accrochez-vous bien : l’avenir de la planète pourrait être en jeu.
Il ne sera peut-être jamais possible d’identifier la cause précise de l’explosion massive qui a détruit la plateforme de forage Deepwater Horizon le 20 avril, tuant 11 des 126 personnes qui y travaillaient.

.../...
Ce texte, publié originellement en anglais par TomDispatch le 18 mai 2010, a été traduit par Albert Caille, traducteur bénévole pour rinoceros.
Source : http://www.rinoceros.org

Article reprit aussi par Sauve la Terre
CARPE DIEM

Avatar du membre
benji
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 4856
Enregistré le : ven. 26 mars 2010 20:55

Re: UNE RUEE VERS LE PETROLE… JUSQU’EN ENFER

Message non lu par benji » lun. 20 sept. 2010 08:25

Obama.....Quand tu dis qu'il s'est fâché publiquement, le courroux fut petit je trouve quand on voit qu'à l'heure actuelle il protège plus les industriels que les populations, allant même jusqu'à faire de la propagande sans informer les populations ne serait-ce qu'une seule seconde des dangers bien présents!!!


Avatar du membre
voltigeur
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4545
Enregistré le : dim. 28 mars 2010 09:12
Localisation : France

Re: UNE RUEE VERS LE PETROLE… JUSQU’EN ENFER

Message non lu par voltigeur » lun. 20 sept. 2010 15:18

Moi je ne dis rien, je transmet les articles sans rien en soustraire! et justement si on reprends la chronologie de ce désastre, on sait pertinemment que B.P a bénéficié de la protection d'Obama, qui devant la désapprobation générale, ne pouvait que se mettre en colère........... pour la galerie!!
Ce n'est que le triste début de la fin! les images de milliards de poissons morts ne mentent pas, à l'instar des politiques....! ;)
CARPE DIEM

Répondre