BP sollicite des prêts bancaires pour sept milliards de $

Tout ce qui concerne les marées noires actuelles, que cela soit BP comme d'autres...

Modérateur : Nrico

Avatar du membre
voltigeur
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 4756
Enregistré le : dim. 28 mars 2010 09:12
Localisation : France

BP sollicite des prêts bancaires pour sept milliards de $

Message non lu par voltigeur » sam. 19 juin 2010 07:43

Puzzle is not puzzle ?? comprenne qui pourra, n'est ce pas Benji? ;)

BP sollicite des prêts bancaires pour sept milliards de dollars!!!

Mis en difficulté par la marée noire dans le golfe du Mexique, BP aurait sollicité sept banques dans le but d'emprunter un milliard de dollars à chacune d'elles, ont déclaré des sources d'origine bancaire. Le groupe pétrolier britannique doit lever des capitaux pour financer le fonds de réserve de 20 milliards de dollars qu'il s'est engagé à créer pour couvrir les indemnisations à venir liées à la marée noire.

Parmi les banques concernées figurent Barclays, HSBC et Royal Bank of Scotland, chacune pour un prêt d'un milliard de dollars. "BP approche discrètement des banques en vue de cette facilité", a déclaré une seconde source. Une troisième a expliqué qu'aucune banque américaine ne devrait accorder de prêt à la compagnie pétrolière. Le 4 juin, BP avait déclaré disposer de cinq milliards de dollars de trésorerie, de 5,25 milliards de lignes de crédit bancaire non utilisées et de 5,25 milliards supplémentaires en lignes de crédit-relais bancaires.

NOUVELLE DÉGRADATION DE LA NOTE DU GROUPE PÉTROLIER

L'inquiétude pèse néanmoins sur la santé financière de la compagnie pétrolière, alors que l'agence de notation financière Moody's a dégradé vendredi de trois crans la note de la dette à long terme de BP, l'abaissant de "AA2" à "A2" et imitant ainsi les agences rivales Fitch et Standard & Poor's. Cette décision "reflète l'aggravation de l'impact attendu de la marée noire", qui "devrait avoir un impact négatif prolongé sur la génération de trésorerie du groupe, et sur son bilan financier pendant plusieurs années", a précisé Moody's dans un communiqué.

L'agence estime en effet que l'ensemble des coûts liés à la marée noire aux Etats-Unis "seront probablement plus élevés que ce qu'elle prévoyait auparavant, étant donné les dégâts étendus" qu'elle provoque.

L'agence ajoute que les 20 milliards que BP a promis de verser dans un fonds d'indemnisation pour les victimes de la marée noire constituent "un développement plutôt positif" et devraient aider à réduire les pressions du gouvernement américain à l'encontre du groupe pétrolier. Mais cette somme ne constitue pas un plafond, rappelle l'agence, mettant en garde contre "l'incertitude sur le coût final des demandes massives d'indemnisation et des autres dommages" qui "va faire peser une épée de Damoclès sur la solvabilité de BP pendant des années".

Les autres agences de notation avaient déjà abaissé fortement ces jours-ci la note d'endettement de BP, mais à des niveaux différents. Fitch l'avait dégradée mardi de six crans d'un coup, à "BBB" (soit trois crans en dessous de la nouvelle note fixée par Moody's), tandis que Standard & Poor's l'avait abaissée jeudi de deux crans, à "A", un niveau identique à la note "A2" dans l'échelle utilisée par Moody's.

source lemonde/economie
CARPE DIEM

Avatar du membre
benji
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 4856
Enregistré le : ven. 26 mars 2010 20:55

Re: BP sollicite des prêts bancaires pour sept milliards de

Message non lu par benji » sam. 19 juin 2010 09:26

Je confirme, mes sources vont également dans ce sens, BP n'est plus le lobbyiste qu'il était et le niveau de ses actions en bourse joue la dégringolade complète, ce qui réduit considérablement ses moyens. De plus, le fond d'indemnisation qui n'est à mes yeux que poudre aux yeux est actuellement de 20 milliards, mais ce n'est qu'un début vu que la fuite ne sera par stoppée d'ici plusieurs mois, si jamais elle est stoppée, donc ces 20 milliards risquent de se transformer en un nombre bien plus élevé avec le temps, poussant BP à la faillite.

La faillite d'un tel groupe amènerait à un nouveau crash boursier, à la ruine de nombre d'agences et de centres de distributions qui dépendaient de la marque, la situation est catastrophique tant au niveau écologique comme au niveau social ou économique.


Répondre